Dons Secourables pour les Indigents

25 mai 2017

Bunyakiri : Un mort et deux blessés dans des affrontements entre des miliciens Raiya Mutomboki

Dans la matinée de ce mardi 23 mai, le commandant Mweke Atobaibwa a été abattu au cours des  affrontements entre les troupes de la milice Raiya mutomboki (RM) basées dans le groupement Musenyi en chefferie Buloho.

Le président de la Société civile de Bunyakiri, Didier Kitumaini, renseigne qu’il s’agit d’un groupe dirigé par un commandant Shabani qui a attaqué l’aile dirigée par Mweke Atobaibwa, tous

appartenant à la milice RM. Celui-ci a reçu des balles et en est mort sur le champ.

« Des tirs nourris ont retenti vers  5heures  du matin, ce mardi 23 mai quand la position du  générale Mweke  s’est  vu attaqué  par la troupe du général  Shabani.  Au cours des affrontements, le   générale Mweke Atobaibwa  a trouvé  la mort sur le champ  et  deux  de   ces éléments  gravement   blaisés. Aucun  bilan du côté des attaquants n’a été signalé (…) Les deux blessés ont été conduits à l’hôpital général de référence de Bunyakiri où ils suivent les soins» a précisé Didier Kitumaini.

Posté par mparanyi à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 mai 2017

Bukavu: Un mari et sa femme tués par des bandits en armes à Panzi

Trois personnes ont été fusillées  par des hommes  armés la nuit de mardi à ce mercredi 17 Mai à Panzi en commune d’Ibanda. Deux d’entre elles  viennent de décéder ce matin. Les bandits eux ont pris fuite.  Les personnes décédées sont un mari et sa femme.

Dans cette matinée, une vive tension s’observe dans le quartier Panzi. Des jeunes en colère barricadent la route et la police intervient en usant du gaz lacrymogène pour disperser les manifestants.

Posté par mparanyi à 10:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2017

Kabare : Les habitants de Kabare exigent une enquête sérieuse pour dénicher les assassins de Pascasie Rwabika

La population civile du groupement de Miti demande qu’une enquête soit ouverte pour dénicher les auteurs de l’assassinat Mme Mwamini RWABIKA Pascasie la femme d’un changeur de monnaie à Miti centre. La population en colère demande aussi le départ sans condition des militaires qui résident à Miti ainsi que le remplacement des autres services de sécurité affecté à Miti.
Les habitants de cette partie du territoire de Kabare promettent des actions de grandes envergures si les autorités compétentes ne prennent pas en compte leurs revendications.
C’est ce qui ressort dans une lettre de la population civile de Miti lue publiquement avant l’enterrement de Mwamini Rwabika ce vendredi 21 avril.
La population civile du groupement de Miti compte adressée cette lettre à l’autorité provinciale pour que justice soit faite.
Noter que Mwamini RWABIKA Pascasie a été assassinée par des hommes armés non autrement identifiés lors d’une attaque menée contre sa famille la nuit de jeudi à ce vendredi 21 avril aux environs de 22 heures.
Ces malfrats ont tiré sur la victime lorsqu’elle est sortie de sa maison en criant au secours quand ces hommes armés exigeaient de l’argent à son mari.

Posté par mparanyi à 17:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2017

KABARE: Plus de 300 personnes viennent de fuir leur domicile après la nomination d’un nouveau chef à Nindja

indexfPlus de trois cents septante six personnes ont fui leurs domiciles dans la chefferie de Nindja en territoire de Kabare depuis l’intronisation du nouveau Mwami Marcel CIHUGO CA NANNINJA comme autorité coutumière en remplacement de son père décédé en 2013.

D’après la vice-présidente de la société civile locale ZIRIRANA BAGULA Francine, le chef intronisé est arrivé avec un groupe de jeunes et des éléments de l’ordre qui auraient reçu l’ordre de s’attaquer à tous ceux qui sont proches du chef déchu.

Notre source précise que depuis l’arrivée du nouveau mwami, c’est la chasse à l’homme à l’endroit de tous les leaders religieux, sociaux et politique de la chefferie de Nindja mais également contre tous les 14 chefs de village qui la composent.

A en croire ZIRIRANA BAGULA Francine, les maisons sont détruites mais aussi certains habitants sont battus jusqu’à être hospitalisés et à fuir leur domicile.

ZIRIRANA BAGULA Francine estime qu’un vrai chef ne peut pas diriger en imposant la terreur et la misère à ses sujets. Elle pense que la paix ne peut revenir que si le gouvernement ramène le chef déchu Freddy BATAONA.

D’autres sources sur place à Nindja affirment que plusieurs enfants ont abandonné les études pour se placer dans un endroit sûr, une situation qui paralyse les activités scolaires.

Pour leur part, les étudiants ressortissants de Nindja vivant à Bukavu à travers leur président demandent à l’autorité provinciale d’user de la sagesse en ramenant les deux parties sur la table afin de trouver une solution concertée et ramener la paix dans le territoire de Nindja.

Contacté l’administrateur du territoire de Kabare Gérard Kitungano dit qu’il n’est pas suffisamment saisi de cette situation. Ce dernier affirme qu’après la cérémonie d’intronisation qu’il a présidée, une équipe des agents de renseignement, de policiers et militaires FARDC a été laissée sur place pour sécuriser le milieu.

Gérard KITUNGANO appelle les habitants à éviter la violence et à s’adresser plutôt au gouverneur de province ou à l’Assemblée provinciale afin qu’une solution durable et pacifique soit trouvée.

Il conclut que même les habitants eux-mêmes peuvent trouver une solution en évitant les rivalités qui ne contribuent pas au développement.

 

Posté par mparanyi à 18:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 avril 2017

Sud-Kivu : Raia-mutoboki

raia-mutobokiDepuis la nuit des temps, les guerres et conflits armés successifs dans la Province du Sud-Kivu n’ont pas eu seulement comme conséquence les massacres des congolais et congolaises mais sont aussi à la source d’une paupérisation à outrance de peuples congolais !

Posté par mparanyi à 17:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2017

Des Congolais fuyant les affrontements dans le Sud-Kivu

réfugiés congolais_Sud-KivuPlus de 160 Congolais fuyant les affrontements entre différents groupes armés.

Certaines couches sociales ou certains ménages n’arrivent pas à répondre aux besoins fondamentaux tels que la nourriture, l’éducation, et la santé ; l’accès aux soins de santé primaires devient quasiment difficile, sinon impossible pour ces refugiés Congolais.

Posté par mparanyi à 18:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]